0 vote
+
Vote up!
-
Vote down!

A propos de Ruben Östlund, le grand vainqueur du festival de Cannes

Posté par webpro dans la rubrique People 12 June 2017
0
0

 

Comme toujours, le Festival de Cannes nous réserve de grandes surprises et cette année, la victoire de Ruben Östlund a été celle qui a le plus marqué cette 70ème édition. C’est la première fois que le réalisateur suédois est en compétition pour la Palme d’Or et il est tout de suite reparti avec le prix tant envié pour son film « The Square ».

Âgé de 43 ans, Ruben Östlund a déjà été le réalisateur de films de ski dans les années 90. C’est la quatrième fois qu’il débarque à Cannes et son entrée en compétition officielle a déjà été bien préparée.  Ce fut en 2009 que les festivaliers ont fait la découverte de Ruben Östlund dans son second long métrage « Happy Sweden », précédé par « Gitarrmongot ».  Vincent Ostria nous a fait part de son point de vue sur le film du réalisateur suédois «  Ruben Östlund est ce qui pouvait arriver de pire à la Suède, quelque part entre les saynètes hyper-véristes de son compatriote Roy Andersson et le trash qui tache de l’austro-goth Urlich Seidl. De la sociologie de galeriste, aussi vite évaporée que vue ». Son troisième long métrage, « Play » débarque deux ans plus tard.

En 2014, « Snow Therapy », un autre produit du réalisateur suédois a été présenté dans la section Un Certain Regard dont le tournage a eu lieu dans les Alpes. Une satire sous forme de film catastrophe, il a remporté le grand prix décerné par le jury dont le président était le cinéaste argentin Pablo Trapero. C’est avec son dernier film, « The Square » que Ruben Östlund a gagné la Palme d’Or alors que c’est la première fois qu’il est en compétition. Ce film raconte l’histoire d’un directeur de musée en plein préparatif d’une exposition audacieuse sur la solidarité. Il devait faire face à des difficultés juste quelques jours avant son inauguration et la perte de son portefeuille va basculer sa vie... Ruben Östlund est actuellement en pleine préparation d’une satire autour du milieu de la mode dont le titre est « Triangle of Sadness ».