0 vote
+
Vote up!
-
Vote down!

Les tendances des défilés automne-hiver 2016-2017

Posté par webpro dans la rubrique Mode 06 April 2017
0
0

 

 

Des podiums en podiums, traversent le monde à la recherche de vêtements purs authentiques qui ont une histoire. Comment faire face à l’appel des grands espaces et cette mode qui nous pousse dans le grand ouest américain. On y trouve de la peau lainée, des carreaux de trappeurs, des boots et des chapeaux de cow-boy, des couleurs naturelles et très beaux cuirs. Pour le brin de fantaisie, on joint poncho et ceinturon qui retournent en force comme la besace et les franges. C’est tout à fait tendance et confort. On choisit les codes montagnards adoucis et leurs broderies dignes d’Heidi. On s’introduit dans de gros pulls de ski qui passent en ville et sortent même souvent sur un jupon de danseuse en tulle pour un look de reine des neiges. D’autres dentelles et volants figurent avec romantisme une femme enfant plus urbaine qui a lu la comtesse de Ségur, mais préfère comme la Sophie.

Laissons un temps la simplicité du costume gris et des baskets. Regardons dans le rétroviseur pour se raccommoder avec la contenance masculine. Prenons dans le dress code des officiers pour ramener du galon aux vestes qui nous incitent à jouer les petits fifres ou les stars des premiers rangs. Bien vu également le pantalon de zouave ou le battle-dress qui entrent dans nos vestiaires. Dès les diminutions de la température, c’est le manteau de Corto Maltesse ou la redingote de Saint Just qui passera en ville.

Pour toutes celles qui préfèrent la pureté des formes et la force des couleurs franches, ce dernier volet est le meilleur. L’idée : ne s’applique qu’aux primaires, un vrai rouge, un jaune citron, un bleu électrique ou un vert cru. Un ton qui crève bien à associer seulement à du noir pour lui offrir toute sa puissance. Probablement commettre des associations complémentaires. Se lancer du violet face à un vert gazon pourquoi pas, ça reste chic si les pièces sont sobres. C’est fun, british et sixties en diable, la seule décennie de référence autorisée ici.