Photographie

0 vote
+
Vote up!
-
Vote down!

Les incontournables pendant les rencontres de la photographie d’Arles

Posté par webpro dans la rubrique Photographie 22 July 2017
0
0

 

Les rencontres de la photographie d’Arles est le grand rendez-vous de tous les photographes du monde entier. Elles sont déjà à son 48ème édition et jusqu’au 24 septembre, vous allez vous régaler avec plus d’une quarantaine d’expositions. Portraits et autoportraits d’Audrey Tautou, photographies de Masahisa Fukase de Mathieu Pernot et d’autres œuvres d’arts y sont également exposés.
Découvrez le monde des marginaux chiliens à travers de superbes clichés prises entre les années 1980 et aujourd’hui. Le Jeu de Paume et de la fondation espagnole Maffre ont apporté leur appuie sur l’organisation de la galerie dont la majorité est en noire et blanc. Les photos ont été prises par Paz Errázuriz, une photographe née à Santiago du Chili. Elle a appris s’est initiée à la photographie toute seule, pendant les années 1970, pendant la dictature Pinochet. Selon ses dires, elle était institutrice et a commencé par faire des portraits d’enfants. Sa première exposition a eu lieu en 1980, une exposition où étaient exhibés une série de portraits de gens qui dormaient dans la rue.
Le contre Monsanto est quant à lui un parti-pris documentaire où Mathieu Asselin raconte sa propre perception de la galaxie Monsanto. Pour cette exposition, les visiteurs auront le plaisir de découvrir des publicités vantant les produits de la compagnie, des documents d’archives, des portraits de victimes des produits chimiques ainsi que des pesticides que l’entreprise américaine fabrique… Mathieu Asselin nous explique la raison de son enquête sur Monsanto. En effet, il s’agit d’une prise de position personnelle. « Il y a déjà eu des publications sur Monsanto, en particulier le livre de Marie Monique Robin dont je me suis inspiré. J’ai travaillé principalement aux États-Unis et je me suis rendu sur plusieurs sites pollués par les activités de Monsanto…
Lénine à la poubelle, l’Iran depuis la révolution, dans le chaudron libyen sont également parmi les plus expositions incontournables de ces rencontres de la photographie d’Arles.