0 vote
+
Vote up!
-
Vote down!

Le début de Chika Kisada à la Tokyo Fashion Week

Posté par webpro dans la rubrique Mode 28 March 2017
0
0

 

 

Chaque année, la Tokyo Fashion Week réunit les grands de la couture japonaise. Cette année, Chika Kisada débarque avec des créations punk qui évoquent ses tourments cachés. C’est la première fois que l’ex-danseuse de ballet participe à la Tokyo Fashion Week. Âgée de 36 ans, elle a choisi de combiner le ballet et le punk. Ses mannequins ont ainsi eu le plaisir de défiler sur le podium avec des tenus confortables : vestes de cuir sur des jupes de tulle, chaussures richelieu roses pour les pointes, petites robes chasubles en filet à porter sur des tricots et harnais de cuir… la créatrice a bien surpris les invités avec sa collection automne-hiver.
Chika Kisada est une danseuse professionnelle qui a décidé de se consacrer sur la mode après avoir vécu 16 années à s’entraîner à la danse classique. Ayant été récompensée à plusieurs reprises, elle n’a pas toutefois réussi à atteindre son objectif : obtenir la carrière de ses rêves. Sa première collection remonte à une dizaine d’années et selon ses explications, elle n’a rien fait pendant un certain temps. « Quand j’ai réfléchi à des métiers dans lesquels on peut s’exprimer avec le corps, j’ai pensé à la couture » explique-t-elle à l’AFP.
Chika Kisada a également expliqué que l’élégance du ballet et la vitalité du punk peuvent très bien se marier. Selon ses dires, les danseurs doivent supporter des souffrances et des tourments pour se figer une place dans cette forme d’art notamment réputée pour sa rigueur. « J’ai vécu ce gouffre entre le devant de la scène et les coulisses et la frustration qu’il inflige, alors j’ai envie de faire un doigt d’honneur à tout cela » déclare-t-elle. Aussi, le choix du punk n’est pas un hasard, car selon toujours les explications de la créatrice, elle a canalisé ces sentiments dans un esprit punk en faisant de son mieux pour faire comprendre que ce n’est pas uniquement la beauté qui compte le plus. Désormais, elle s’engage à habiller des femmes libres et se lance à la conquête du marché européen.