0 vote
+
Vote up!
-
Vote down!

La cérémonie d’ouverture du festival de Cannes

Posté par webpro dans la rubrique Cinéma 22 May 2017
0
0

 

 

La 70e édition du Festival de Cannes est inaugurée mercredi 17 mai sous un soleil éblouissant. Les plus grandes personnalités du monde du cinéma, réalisateur, producteur, acteurs, monteurs, ingénieurs du son et certainement acteur et actrices seront aussi présents durant dix jours pour mettre en valeur leur travail. La maîtresse de cérémonie, Monica Bellucci, a donné le ton de ce 70e Festival en livrant un passionnant discours sur la variété du monde du cinéma et sa valeur dans la société actuelle. L’actrice italienne a également constaté le niveau de "standing" du show en représentant une danse très légère avec Alex Lutz, avant de l’embrasser amoureusement, dans une scène méritante des plus grandes comédies romantiques.

Le glamour est plus que jamais au rencontre à Cannes cette année. Si pour les hommes, le smoking est inévitable, les femmes ont une liberté beaucoup plus grande pour monter les marches du Palais des Festivals. En outre, elles sont libres de mettre des robes longues et vaporeuses, ou par contre très près du corps et très courtes, comme Charlotte Gainsbourg mercredi soir. Ce jeudi, les robes longues étaient de sortie : Irina Shayk a séduit le tapis rouge dans une robe fourreau blanche, ouverte jusqu’aux cuisses. Le mannequin n’était cependant pas la seule à faire séduire les photographes ce jeudi soir. Emily Ratajkoswki a elle également impressionné la montée des marches dans une robe noire sulfureuse alors que Julianne Moore était simplement éblouissante dans une robe rebrodée de plumes, rehaussée d’une paire de boucles d’oreille en diamant. Uma Thurman a aussi séduit les photographes de Cannes avec toute l’élégance qui la montre.

Aujourd'hui, les journalistes apparaissent sur la première montée des marches et la cérémonie d'ouverture de la 70e édition du Festival de Cannes : la composition du jury, la polémique Netflix mais particulièrement, les premiers films projetés à Cannes, Loveless, d'Andrey Zvyagintsev et Wonderstruck, de Todd Haynes. Deux longs-métrages sur lesquels la rédaction n'a pas su s'entendre. «Étonnants», «niais» et « parfois moralisant»... Le Figaro donne ses premières opinions des deux films en lice pour la palme d'or. Pourtant, en conférence de presse, le jury ne s'est pas montré commun en ce qui concerne le débat apporté par Netflix, après son inacceptation de sortir en salle ses deux films en compétition. Pour Pedro Almodovar, la ligne est claire : un film qui n'est pas décidé à une projection cinématographique ne peut pas obtenir la palme d'or. Will Smith lui, à l'affiche de la production de la plateforme américaine Bright en 2017, a affirmé : «Netflix n'a aucune influence sur la façon dont mes proches appréhendent le cinéma. Ce sont deux formes différentes de divertissement. Avec Netflix ils regardent des choses qu'ils n'auraient jamais vues autrement, cela amène beaucoup de connectivité avec le monde qui les entoure. On y trouve des films qui ne sont pas visibles sur un écran de cinéma à des milliers de km à la ronde (…) Netflix n'a rien fait d'autre que développer et élargir la compréhension du monde cinématographique de mes enfants.»