0 vote
+
Vote up!
-
Vote down!

Dutee Chand : la sprinteuse indienne qui pourrait apporter la révolution dans le sport

Posté par webpro dans la rubrique Sport 03 April 2015
0
0

SOURCE : http://www.20minutes.fr/sport/1576983-20150401-dutee-chand-athlete-indie...

Dutee Chand est une athlète indienne de 19 ans qui semble être un peu différente. A vrai dire, la jeune fille est privée de compétition, car elle a un taux de testostérone trop élevé. D’ailleurs, c’est surtout cette particularité qui l’a fait connaître du grand public.

Dutee Chand est issue d’une famille modeste de l’Odisha. Née le 3 février 1996, elle se met à la course en imitant sa sœur aînée qui était aussi un athlète.  En 2012, elle a couru 100 mètres en 11’80 et est sacrée championne d’Inde des moins de 18 ans. L’année suivante, elle a parcouru la même distance en 11’62. Pourtant, Dutee Chand souffre d’hyperandrogénie. Cette hyper-sécrétion d’hormones males lui prive de compétition en 2014 alors qu’elle s’est qualifiée pour les Jeux du Commonwealth. A vrai dire, c’est depuis le cas de la Sud-africaine Caster Semenya, en 2011, que les filles ayant un taux de testostérone trop élevé n’ont plus accès aux compétitions féminines.

 

Une grande présence de testostérone favorise le développement de la masse musculaire facilement. Cette hormone augmente également la motivation, la force et la résistance à la fatigue du sportif. De ce fait, elle est considérée comme une substance dopante et on l’a interdit dans le sport depuis 1984. En ce qui concerne le cas de Dutee Chand, on lui a déjà fait une proposition d’arrêter la compétition ou suivre un traitement hormonal ou encore subir une opération.

 

Sur le site Mediapart, Dutee Chand a déclaré qu’elle veut rester elle-même et continuer à courir. « J’ai toujours été une fille. Je sens qu’il est mauvais de changer son corps pour le sport. Ça va trop loin » a-t-elle répliqué quand on lui fait la proposition de suivre des traitements ou subir l’opération. De ce fait, elle a décidé de porter l’affaire devant le tribunal arbitral du sport à Lausanne. Peut-être que ce choix lui permettra d’apporter du changement dans les règlements si d’autres, se trouvant dans la même situation qu’elle, n’ont pas pu faire.