Sexualité

0 vote
+
Vote up!
-
Vote down!

10 capitales des plaisirs défendus

Posté par moderatrice dans la rubrique Sexualité 16 July 2011
0
0

Babylone (2000 avant J. C)

Babylone est connu comme étant "père" de la prostitution et ce n'est pas par hasard que l'image de la "pécheresse de Babylone" demeure le nom commun de la dépravation des mœurs même aujourd'hui. Cependant la prostitution était répandue dans presque toutes les civilisations anciennes.

Sodome et Sodome (2000 avant J. C)

Les noms de ces deux villes, détruites par Dieux à cause de leurs mauvaises mœurs, sont devenues désignation de dépravation et de perversions sexuelles. Ainsi l'Ancien Testament contient la mention de la première prostituée "commerciale" — c'était Rahab de Jéricho. Elle avait caché deux espions des armées de Josué dans sa maison.

Rome (I siècle de notre ère)

La maison de la tolérance de Rome -"Lupanar", se trouvait à Pompéi — c'était un grand bâtiment avec plusieurs chambres. Lorsque la prostitution se fut tellement répandue que même les filles des sénateurs la pratiquaient, Tibère a interdit aux femmes patriciennes de prendre de l'argent pour l'amour. Mais cela n'a eu aucun résultat et quelques temps plus tard la femme de l'empereur Claude, Messaline, a commencé a recevoir des hommes ouvertement à "lunapar".

Bordeaux (XI siècle)

Bordeaux - le chef-lieu de la région d'Aquitaine et encore une capitale des plaisirs. Le comte Guillaume VII était connu en outre pour la construction d'un "monastère", spécial pour des prostituées, dont la hiérarchie ressemblait beaucoup à celle des monastères ordinaires de cette époque-là.

Venise (XVII siècle)

Venise, la patrie du carnaval européen qui offrait la possibilité de faire tout ce qui était interdit dans la plus grande discrétion. Les masques couvrant les visages transformaient la ville en un grand bordel. C'est Venise qui a élevé le fameux libertin Casanova.

Calcutta (XIX siècle)

"La ville de la déesse "Kālī" et la capitale de l'Inde Britannique est devenue un vrai bordel pour les Anglais de l'époque victorienne. Les officiers aimaient passer le temps avec les prostituées et les danseuses locales. De plus, ce sont des Anglais qui ont apporté et répandu en Europe l'art ancien du "Kâmasûtra".

Rio de Janeiro (début du ХХ siècle)

Lorsque l'Europe était mise à feu et à sang par des guerres et révolutions, Rio de Janeiro proposait des milliers de plaisirs défendus - les millionnaires et les stars hollywoodiens y affluaient. Aujourd'hui, la tradition du siècle passé est gardée seulement dans le carnaval organisé dans la ville chaque année.

40217150_1235588716_karnaval21_by_ma_zaika.jpg

Moscou (des années 1980-1990) 

Les années difficiles pour le pays ont forcé les femmes à gagner leur vie en se prostituant. Moscou est devenue la ville du tourisme sexuel pas cher. En 1989 les statistiques ont montré que la moitié des jeunes filles de l'époque voulaient se prostituer pour gagner de l'argent. Aujourd'hui la situation est tout à fait différente.

Amsterdam (fin du ХХ siècle) 

Déjà en XVIII siècle la Hollande a connu la philosophie libertine selon laquelle une personne libre ne pouvait être limitée par des normes morales. Ainsi Amsterdam est devenue le berceau de la révolution sexuelle européenne du ХХ siècle: les stupéfiants légers, la prostitution et les mariages homosexuels y ont été légalisés.

19394096_transuy_3.jpg 

Bangkok (début du XXI siècle)

La capitale de la Thaïlande attire aujourd'hui les amateurs de tourisme sexuel du monde entier. C'est ici qu'ils ont le plus grands choix de services et de partenaires. Selon l'ONU, aujourd'hui Bangkok compte environ un million des gens dans l'industrie sexuelle.

Quant à l'époque contemporaine, il semble, plusieurs villes pourraient se disputer ce titre - celui d'une ville de rencontre erotique.